Accueil / Articles / Economie & Gestion / Economie / L’économie est-elle une Science ?

L’économie est-elle une Science ?

Avouons qu’il existe au moins deux raisons principales qui peuvent nous faire douter de la scientificité de l’analyse économique. D’abord, on remarque qu’il y a une avancée très progressive et lente dans la connaissance en économie ou la compréhension des mécanismes économiques (nous aborderons brièvement à la fin de ce premier chapitre une histoire de la pensée économique), mais sans que l’on puisse parler de réelles découvertes, au sens où on trouverait quelque chose qui était caché ou totalement inconnu. Ensuite, vous connaissez le critère de scientificité selon Popper (1963) qui stipule qu’une proposition est scientifique quand elle peut être réfutée par l’observation ; or l’expérimentation est un phénomène rare en économie. En effet, les phénomènes économiques se répètent très rarement à l’identique. Et il est difficile de faire des expériences contrôlées, c’est-à-dire
qui permettent d’isoler les phénomènes et fixent certaines variables pour « mesurer » les effets des autres. Le plus souvent, on doit se contenter d’expériences uniques et bien réelles (par exemple la fameuse crise des subprimes de 2008) pour trouver LA théorie explicative (pourquoi cette crise ? Quels nouveaux mécanismes en jeu ?).

En revanche, les politiques économiques ou les réformes économiques peuvent fournir des expériences naturelles qui permettent de tester des hypothèses…

Lire le cours en PDF

Lire le cours en PDF

Quelle était l'utilité de cet article?

Cliquez sur une icone pour la noter!

Note moyenne / 5. Nombre de votes:

Aucun vote jusqu'à présent! Soyez le premier à noter cet article.

A propos Arije

Lire aussi

Effets sectoriels de la politique monétaire et activité économique: cas du Maroc

L'objectif de cet article est de mettre en lumière l'existence de différences significatives dans les réactions des secteurs marocains aux chocs de politique monétaire. Les résultats de l'analyse indiquent que, au niveau agrégé un resserrement de la politique monétaire conduit à une diminution du niveau du PIB et du niveau des prix. Au niveau désagrégé, l'industrie d'extraction, de manufacture, le BTP, hôtels et restaurants, les activités financières et d'assurance sont parmi les secteurs les plus sensibles aux chocs de politique monétaire. D'autre part les innovations de la politique monétaire ne semblent pas avoir un impact significatif sur les secteurs de l'agriculture et de la pêche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *