Accueil / Articles / Economie & Gestion / Economie / Maroc/DEPF: Note de conjoncture (Mars 2019)

Maroc/DEPF: Note de conjoncture (Mars 2019)

La DEPF vient de publier sur son site Internet sa note de conjoncture du mois de mars 2019. Les indicateurs conjoncturels disponibles augurent de premiers signes prometteurs, quoique mitigés, pour l’économie nationale début 2019

Au niveau international :

  • Économie mondiale : ralentissement de la croissance sur fond d’accentuation des risques baissiers. L’OCDE prévoit désormais une hausse du PIB mondial limitée à 3,3% en 2019 après 3,6% en 2018.
  • Zone euro : essoufflement de la croissance (1,0% prévue par l’OCDE pour 2019 après 1,8% en 2018), affectée par un fort ralentissement en Allemagne et une contraction en Italie.
  • Pétrole : 67 dollars la mi-mars pour le baril du Brent.

Au niveau national :

  • Le bon comportement des exportations reflète la bonne dynamique du secteur industriel outre celle affichée par les secteurs du BTP et de l’énergie électrique en ce début d’année.
  • Les derniers indicateurs relatifs au suivi de la campagne agricole font état d’une situation du couvert végétal bonne à moyenne particulièrement dans les régions du nord du Maroc.
  • Le pouvoir d’achat des ménages et l’effort d’investissement se maintiennent début 2019.
  • Le déficit commercial a connu une aggravation en janvier, en rapport avec une progression des importations à un rythme plus important que celui des exportations et ce, malgré le bon comportement des métiers mondiaux du Maroc à l’export.
  • Les Réserves Internationales Nettes ont accusé un léger repli pour couvrir 5 mois et 2 jours d’importations.

Les crédits bancaires ont poursuivi leur accroissement positif en janvier. En revanche, le marché boursier s’est inscrit en baisse, en phase avec le repli des index MASI et MADEX à fin février.

Pour lire la note depuis la source:

Note de conjoncture (Mars 2019) – DEPF

Quelle était l'utilité de cet article?

Cliquez sur une icone pour la noter!

Note moyenne / 5. Nombre de votes:

Aucun vote jusqu'à présent! Soyez le premier à noter cet article.

A propos Arije

Lire aussi

Effets sectoriels de la politique monétaire et activité économique: cas du Maroc

L'objectif de cet article est de mettre en lumière l'existence de différences significatives dans les réactions des secteurs marocains aux chocs de politique monétaire. Les résultats de l'analyse indiquent que, au niveau agrégé un resserrement de la politique monétaire conduit à une diminution du niveau du PIB et du niveau des prix. Au niveau désagrégé, l'industrie d'extraction, de manufacture, le BTP, hôtels et restaurants, les activités financières et d'assurance sont parmi les secteurs les plus sensibles aux chocs de politique monétaire. D'autre part les innovations de la politique monétaire ne semblent pas avoir un impact significatif sur les secteurs de l'agriculture et de la pêche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *