Accueil / A La une / Maroc/Croissance : La reprise n’aura pas lieu en 2020

Maroc/Croissance : La reprise n’aura pas lieu en 2020

Alors que la sphère politique et économique espérait une reprise de l’activité économique à compter de 2020, le HCP prévoit une croissance tout juste moyenne l’an prochain.

2019 sera bel et bien une année médiocre sur le plan de l’activité économique, avec une croissance qui ne devrait pas excéder 2,7% . Un ralentissement imputable au fléchissement des activités du secteur primaire, qui devrait dégager une valeur ajoutée en repli de 2,1%, après deux bonnes années agricoles. Les activités non agricoles devraient, de leur côté, croître de 3,2%, en légère amélioration par rapport à 2,8% enregistrée en 2018. Mais ce rythme de croissance reste insuffisant pour hisser l’activité économique au niveau souhaité. 

Pas de changement notable non plus pour les autres agrégats macroéconomiques phares. L’inflation se maintiendrait en 2019 à des niveaux assez bas à 0,8%, tandis que le déficit budgétaire stagnerait autour de 3,6% du PIB. Idem pour le déficit commercial qui devrait se stabiliser autour de 18,7% du PIB.

3,4% de croissance en 2020

Le PIB devrait enregistrer une croissance de 3,4% l’année prochaine. Le HCP s’attend même à un léger ralentissement des activités non agricoles, dont la valeur ajoutée devrait croître de seulement 3,1% en 2020. Au niveau des finances publiques, les recettes ordinaires devraient se maintenir à près de 21,3% du PIB en 2020, tandis que les dépenses ordinaires resteraient rigides à la baisse pour atteindre 19,5% du PIB, traduisant une fois de plus l’incapacité de l’Etat à réduire son train de vie. Face à cette situation déficitaire, le taux d’endettement du Trésor devrait s’alléger pour atteindre près de 64,8% du PIB au lieu de 65,3% en 2019. 

Par conséquent, la dette publique globale connaitrait une légère baisse pour atteindre 80,7% du PIB au lieu de 81,3% du PIB estimés pour 2019. En ce qui concerne les finances extérieures, les exportations connaitraient une hausse de 7,5% en 2020, alors que les importations devraient enregistrer un rythme d’accroissement en amélioration de 6,2%. Ce dernier déplore que les accords de libre-échange bilatéraux demeurent incapables de réaliser les objectifs escomptés. «Au niveau international, nous sommes revenus à une situation de quasi guerre froide entre les Etats-Unis et la Chine pour le leadership mondial en matière technologique et pour la domination économique. 

Le multilatéralisme est complètement déstabilisé», a alerté le haut-commissaire au Plan.«Les risques géopolitiques sont très inquiétants», a-t-il ajouté. 

Source:
D’après un article publié sur fnh.ma

Print Friendly, PDF & Email

A propos Amina

Amina

Lire aussi

Les filières qui dessinent les métiers de demain

Au Maroc, différentes publications mettent en lumière les profils les plus recherchés par les entreprises. S’agissant de l’étude de veille sur l’emploi initiée par l’Anapec, l’automobile et l’aéronautique, l’offshoring / NTIC et les services étaient les secteurs les plus recruteurs au Maroc en 2018. L’analyse annuelle réalisée par le portail de l’emploi ReKrute.com sur la base des offres postées sur le site met en avant le secteur informatique qui était, encore l’année dernière, le grand dominant avec une demande en perpétuel développement de la part des employeurs nationaux et étrangers. Un secteur qui a l’avantage d’offrir aux postulants de motivantes perspectives d’évolution professionnelle au niveau national et international.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *