vendredi , 22 novembre 2019
fr
Accueil / Articles / Economie & Gestion / Management / Stratégie et management stratégique des entreprises

Stratégie et management stratégique des entreprises

Auteurs de l’Article

Taïeb Hafsi et Alain-Charles Martinet

Taïeb Hafsi est professeur titulaire à HEC Montréal.
Alain-Charles Martinet est professeur des universités en sciences de gestion à l’IAE de Lyon.

Résumé

Le domaine du management stratégique a considérablement évolué depuis ses débuts à la Harvard Business School. D’abord un art et une sagesse destinés à guider l’action, il s’est décomposé en une multitude de sciences qui ont apporté des contributions réelles à la compréhension des dimensions qui touchent les décisions stratégiques. Cependant, cette décomposition a aussi évacué l’intégration et le jugement, qui sont le cœur du domaine de la stratégie. Dans cet article, nous décrivons cette évolution. Nous montrons que l’évolution contribue à détruire la raison d’être du champ de la stratégie en encourageant des travaux de plus en plus amoraux qui évacuent le contexte. Nous alléguons ensuite que cette évolution mène vers un management stratégique de plus en plus immoral et inefficace. Nous indiquons enfin que les universitaires doivent prendre le leadership d’un mouvement inverse qui privilégie l’intégration, contrant les tendances destructrices, pour les entreprises et la société, de la spécialisation scientifique et refaisant ainsi progressivement de la stratégie un champ de rencontre et de réconciliation des sciences.

English
The field of strategic management has undergone considerable changes since its emergence at Harvard Business School. From its beginnings as an art and wisdom intended to guide actions, it has since been broken down into a multitude of sciences that have made real contributions to the understanding of the different aspects involved in strategic decisions. At the same time, however, this disintegration has led to the evacuation of integration and judgement, which are at the core of the field of strategy. In this article, we look at this development and how it has helped destroy the raison d’être of the field of strategy by encouraging increasingly amoral actions that evacuate context. We then accuse this evolution of leading toward an increasingly immoral and ineffective form of strategic management. Finally, we call on academics to take up the leadership of an opposing movement that favours integration and counters the destructive tendencies of scientific specialization for firms and society, thereby gradually restoring strategy to a field where the sciences can meet and be reconciled.

Plan

  1. L’évolution de la stratégie : du bâton de pèlerin à l’analyse scientifique
    1. La stratégie comme bâton de pèlerin
    2. Le malaise des généralistes face aux universitaires spécialisés : la transition
    3. Les progrès de l’analyse stratégique : du positionnement à l’avantage concurrentiel
    4. L’objectivation : de l’arène stratégique à l’arène scientifique
    5. Les difficultés de la mise en œuvre stratégique et l’échec de la science face à la pratique
  2. La stratégie aujourd’hui : une science amorale et a-contextuelle qui finit par devenir immorale et inefficace
    1. La domination des financiers et des économistes chasse la réflexion stratégique
    2. La domination des champs et des sciences traditionnels élimine l’intégration
    3. La concentration des pouvoirs entre les mains des entreprises rend la science inutile
    4. Les sociétés de conseil se spécialisent et accentuent le mouvement
    5. Le champ théorique de la stratégie et son lien avec les praticiens sont-ils agonisants?
  3. La renaissance du management stratégique viendra-t-elle de la science traditionnelle?
    1. La stratégie est une science du complexe, donc incompatible avec des réductions analytiques trop poussées
    2. La stratégie est une science du dialogique, du paradoxe, de l’ago-antagonisme
    3. La stratégie doit tenir compte des jeux réciproques entre les dispositifs ou instruments gestionnaires et les philosophies qu’ils cristallisent
    4. La stratégie doit continuer à être obsédée par la finalité
    5. La stratégie doit remettre les classes de risques au centre des préoccupations
  4. Les universitaires en stratégie ont-ils besoin de repenser leur contribution sur une base morale et politique?

Bonne lecture

Lire l'Article en PDF

Lire l'Article en PDF

Réservé aux abonnés, Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Quelle était l'utilité de cet article?

Cliquez sur une icone pour la noter!

Note moyenne / 5. Nombre de votes:

Aucun vote jusqu'à présent! Soyez le premier à noter cet article.

A propos Mariana Earl

Mariana Earl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *