La politique publique de l’habitat

Au vu des transformations accélérées qui jalonnent l’évolution du Maroc sur le plan démographique et socioéconomique, l’accès au logement décent, et particulièrement à la propriété, a été placé au coeur des priorités de l’action des pouvoirs publics. Les différentes mesures entreprises en la matière ont forgé l’ossature d’une véritable politique publique de l’habitat qui vise autant à soutenir l’offre de logements qu’à favoriser l’accessibilité des populations à la propriété.
A cet effet, plusieurs leviers incitatifs ont été déployés par l’Etat dont, notamment, la facilitation des procédures, la mobilisation conséquente du foncier public, l’octroi d’incitations fiscales importantes au profit des promoteurs immobiliers et des acquéreurs et la mise en place d’un fonds spécial dédié à l’habitat au même titre que des dispositifs de garanties au profit des ménages vulnérables. Dans le cadre de l’effort important dédié au secteur de l’habitat, une attention particulière a été attribuée au logement social dans ses deux composantes (Logement à faible valeur immobilière totale (FVIT) et logement social à 250.000 dirhams).
Le bilan de la politique de l’habitat compte à son actif plusieurs réalisations positives parmi lesquelles il y a lieu de citer l’atténuation significative du déficit en logements, grâce, notamment, au développement soutenu du logement social et à l’émergence, quoique encore embryonnaire, du logement destiné aux classes moyennes.
Ces progrès, aussi encourageants soient-ils, ne devraient pas pour autant perdre de vue les diverses insuffisances qui grèvent le potentiel de développement du secteur de l’habitat. Les dysfonctionnements relevés à ce titre ont trait, particulièrement (1) au ciblage peu efficient des bénéficiaires pour le segment logement social, aggravé par des disparités territoriales patentes en matière d’offre, (2) aux entraves liées à l’éradication de l’habitat insalubre sous l’effet de la prévalence de pratiques frauduleuses de certains bénéficiaires, faute d’un système d’information intégré et (3) aux distorsions relevées en matière d’usage du foncier public, dont une proportion non négligeable a été allouée à des usages autres que ceux convenus initialement.
Tenant compte de ce qui précède, le recours à un nouveau paradigme axé sur une approche intégrée, permettant de fluidifier les différentes composantes de la chaine de valeur de l’écosystème logement, relève de l’ordre des priorités. Cette approche, qui a fait ses preuves dans plusieurs pays comparables au Maroc, serait opportune pour impulser encore davantage le secteur de l’habitat et de le rendre apte à relever les défis, actuels et futurs, auxquels il se trouve confronté.

A propos Arije

Arije
Depuis 2007, Arije assure à ses lecteurs à travers différentes plateformes (Site web;Facebook;Twitter;YouTube;…) des connaissances et informations économiques et financières sous forme de News, d’articles, d’ouvrages, de dissertations, de mémoires et de rapports.

Lire aussi

Maroc/Quelles sont les principales mesures de la Loi de Finances 2020 ?

La loi de finances 2020 vient d’être publiée au Bulletin officiel. Voici les principales mesures de …